Accueil » Nos news » Il n’y a pas d’âge pour apprendre une langue étrangère

 
 

Il n’y a pas d’âge pour apprendre une langue étrangère

 
 

Êtes-vous trop vieux pour apprendre l’anglais ?

Il n’y a pas d’âge pour apprendre l’anglais !

Des scientifiques ont prouvé qu’il faut montrer au cerveau que l’on est dans un processus d’apprentissage linguistique pour stimuler les zones cervicales prévues à cet effet, à savoir l’aire de Wernicke (qui permet la compréhension) et l’aire de Broca (qui permet l’expression orale). Lorsqu’on apprend une langue étrangère comme l’anglais après l’enfance, l’aire de Broca distingue la langue maternelle et la seconde langue. Cela n’empêche aucunement de parler la seconde langue couramment !

Faites marcher vos neurones !

La simple mémorisation de listes de vocabulaire ou de conjugaison ne permet pas de mobiliser ces connaissances pour les utiliser en discussion, c’est ce qui explique l’échec courant de la méthode d’apprentissage de l’anglais à l’école. Eh oui, il est absolument nécessaire de les mettre en pratique en parallèle, faire ses devoirs n’est pas suffisant pour apprendre l’anglais : rien de tel que l’immersion linguistique !

Plusieurs solutions sont à envisager, à répéter et à combiner dans la mesure du possible :

  • Faire un séjour à l’étranger de longue durée : les destinations principales sont l’Angleterre, les États-Unis et l’Australie.

  • Participer à une formation

  • Apprendre et parler avec des anglophones en ligne ou en face à face près de chez vous.

Le saviez-vous ? Apprendre des mots de vocabulaire dans une langue étrangère, comme l’anglais pour un francophone, active des zones du cerveau identiques à celles activées lorsqu’on déguste du chocolat (celles du plaisir et de la récompense).

L’hypothèse scientifique : l’apprentissage du langage dans la petite enfance est connecté à des émotions positives en interaction permanente avec les parents, ce qui facilite sa mémorisation. Si apprendre l’anglais procure du plaisir, alors ne vous en privez pas !

Âge adulte et apprentissage de l’anglais : aidez votre cerveau à rester jeune !

Si vous souhaitez apprendre l’anglais, cela peut être par pure curiosité, pour préparer un voyage ou encore pour l’utiliser dans votre travail. Toutefois, il existe aussi une raison médicale qui explique pourquoi apprendre l’anglais à l’âge adulte, même à la retraite, peut s’avérer très bénéfique.

En 2014, le Journal of Neurolinguistics a publié une étude faite par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie révélant que l’apprentissage d’une langue étrangère, prenons l’anglais par exemple, aide à retarder le vieillissement du cerveau et donc l’apparition des troubles cognitifs. Une étude de 6 semaines réalisée sur des britanniques volontaires pour l’apprentissage du chinois a montré une augmentation de la connexion des réseaux cérébraux sur les meilleurs étudiants.

Voici ce qu’a déclaré le docteur Ping Li : « Contrairement à ce que montraient des études précédentes, le cerveau serait beaucoup plus malléable que ce que nous pensions. Nous enregistrons même des changements anatomiques du cerveau [chez les personnes âgées], ce qui est très encourageant. L’apprentissage d’une nouvelle langue peut aussi aider à mieux vieillir. ». Autrement dit, apprendre l’anglais permet au cerveau de rester en bonne santé et de lutter contre le vieillissement cérébral qui devient un terrain propice à certaines maladies liées à la sénilité. Une étude canadienne de 2007 avait aussi permis d’observer que des personnes pratiquant deux langues pouvaient retarder de plusieurs années les premiers signes de déclin cognitif. Quand plusieurs études scientifiques aboutissent aux mêmes conclusions, à savoir l’impact positif de l’apprentissage d’une langue étrangère sur le cerveau, il y a lieu de s’y intéresser de plus près. Motivant, non ?

Conseils pratiques pour apprendre l’anglais à l’âge adulte

L’apprentissage de l’anglais en dehors d’un cursus scolaire, d’un stage intensif d’anglais ou d’une école de langue anglaise est tout à fait possible. Il reste néanmoins à savoir comment le faire ! Voici quelques astuces à appliquer au quotidien pour se familiariser avec l’anglais, développer son oreille et intégrer des expressions idiomatiques :

  • Regarder des films et des séries en anglais : optez d’abord pour une version anglaise sous-titrée en français (VOSTFR), puis passez à la version anglaise avec sous-titres anglais. L’intérêt est double : d’abord vous éduquez votre cerveau à entendre la langue anglaise, l’accent, la prononciation, les constructions de phrase, ensuite, vous associez ce que vous entendez à l’orthographe correcte de ces mots en anglais, ce qui vous aiguille sur la prononciation et vous aide à enrichir votre vocabulaire.

  • Lire en anglais des articles de presse ou des magazines pour commencer. Ensuite, vous pourrez passer à la lecture de nouvelles puis de romans en anglais

  • Traduire et apprendre les paroles de chansons que vous aimez en langue anglaise

  • Correspondre avec des anglophones : c’est l’idéal pour analyser la construction des phrases bien différente de la langue française et cela vous permet de faire des recherches de vocabulaire pour enrichir votre expression

  • S’entraîner à parler avec des anglophones en live ou par ordinateur

  • Faire des exercices de grammaire, de syntaxe, d’orthographe et de conjugaison. Vous pouvez vous entrainer en ligne sur des sites ou acheter des cahiers d’exercices avec cours d’anglais et corrigés. Autre astuce : préparer le TOEIC avec des exercices en ligne.

À retenir : pour un apprentissage efficace d’une langue à n’importe quel âge, il faut combiner la lecture, la mémorisation, l’écoute et la conversation !

En conclusion, à la question « Suis-je trop vieux pour prendre des cours d’anglais ? il est certain que la réponse est NON. La langue anglaise peut s’apprendre à 25, 42 ou 57 ans, 70 ans… sans aucun problème, il suffit de le vouloir et de se donner les moyens de réussir. Cela passe par le divertissement (comme regarder des séries, des films ou des interviews en anglais), par les sorties (un bar avec des étrangers pour parler anglais régulièrement) et bien entendu par un peu de « homework » (devoirs) à faire le plus souvent possible pour acquérir les automatismes et les bases en grammaire ou en conjugaison.

Enfin, n’oubliez pas que le french accent est perçu comme séduisant par nos amis anglo-saxons, ce qui compte, c’est bien la prononciation. Si vous êtes vraiment motivé, vous réussirez à parler anglais à n’importe quel âge !

www.les-mots-pour-le-dire.org

Mots-clés: , , , , , , , , , ,