Accueil » Nos news » LE PRÊT ETUDIANT pour financer vos études à l’étranger

 
 

LE PRÊT ETUDIANT pour financer vos études à l’étranger

 
 

Le financement des études à l’étranger s’avère parfois un réel casse-tête. Pour boucler votre budget sans mener de front vos études et un job trop prenant, il existe une alternative : le prêt étudiant.

Financer un semestre à Londres…

Ils me l’ont tous dit et répété. Les profs comme les tuteurs de stage et les diplômés de master 2 qui revenaient de l’étranger : si tu peux, ne prends pas de job pendant tes études. Il paraît que ça demande trop de temps et d’énergie, et que c’est souvent une cause d’échec au diplôme. D’accord, mais alors je fais comment pour financer mon semestre d’études à Londres ? Mon école française finance les cours et l’inscription dans l’établissement anglais, mais comment payer le trajet, l’appartement, mes repas et mes sorties ? Mes parents sont adorables, ils ont déjà financé mes premières années en France. Ce n’était pas une fortune non plus, les IUT étant rattachés à l’université. Mais maintenant que j’ai intégré le cycle ingénieur, c’est autre chose.

Par un prêt étudiant sur-mesure

Alors on m’a parlé des avantages des prêts étudiants. Je me suis renseigné. J’ai repéré un prêt étudiant avec un taux à 0,99%. Tout le monde dit que les taux sont très bas en ce moment et qu’il y a des taux préférentiels pour les étudiants. J’en ai parlé à un copain dans la même situation que moi, on a fait les calculs. Si j’emprunte 15 000 euros – ça me paraît beaucoup pour un semestre, mais bon c’est une simulation, et après tout, peut-être que je poursuivrai par un stage à Londres ou dans une autre capitale européenne – je devrai rembourser 15 531,60€. Soit environ 185€ à rembourser chaque mois pendant 7 ans, hors assurance facultative, qui reviendrait à ajouter 4,5€ par mois pour ma simulation. Pas mal…

Aucun apport nécessaire

Plutôt que de me faire mes scénarios, je me suis donc directement renseigné auprès de la banque. J’ai envoyé un mail à partir de leur site ; un conseiller m’a rappelé direct. On a discuté. Il m’a expliqué que mon prêt ne serait pas défini en fonction de la durée de mes études – encore 3 ans – et du montant emprunté (il va falloir sérieusement que je me décide pour cette histoire de stage post-études). En gros, ça va de 4 mois à 12 ans. Bonne surprise : aucun apport financier n’est nécessaire. Je dois avoir 500€ de côté : c’est bon de savoir que je ne vais pas être obligé d’y toucher ; ça me fait toujours un matelas de sécurité.

Le remboursement quand je serai salarié…

Ah et puis j’oubliais, il y a cette histoire de « remboursement anticipé du prêt ». Personnellement, ça me faisait bizarre de m’engager sur 7 ans. Je me suis rendu compte que l’erreur est de faire le calcul par rapport à mes revenus d’étudiant, pour l’instant limités à mes jobs de vacances. Or, dans quelques années, je travaillerai à temps plein, j’aurai un salaire et une capacité de remboursement décuplée. Ce qui me permettra d’augmenter le montant de mes échéances et d’accélérer le remboursement complet. Faut voir plus loin, Julien !

https://www.letudiant.fr/lifestyle/bien-gerer-son-argent-lorsque-l-on-est-etudiant/article/un-pret-etudiant-pour-financer-ses-etudes-a-letranger.html

Mots-clés: , , ,